Prelude Ⅲ

Écrit par Kinoko Nasu ; traduction française par Furanken


Au sein d’un temple exigu.

Il n’y avait ni lumière du soleil, ni odeur d’huile, ni trace de quiconque.

Ceux qui se rassemblaient ici et poussaient de petits cris étaient ses amis, des rats.

Au milieu de ce sanctuaire, là où il avait auparavant l’habitude de pendre comme un cocon, le prêtre écoutait leurs messages.

 

« Même s’ils ont conclu une trêve temporaire, ils ne se battront pas ensemble… ? C’est exaspérant. Leur première priorité est l’annihilation des Dead Apostles, mais ils n’oublieront à aucun moment que tous ceux qui les entourent sont aussi des ennemis. Franchement… Éliminer les vampires était leur raison d’exister et leur but, mais il ne s’agit maintenant plus que d’un simple passe-temps car la personne qu’ils désirent tuer est différente. Mais bon, j’imagine que les humains aiment toujours voir le sang couler, n’est-ce pas ? »

 

Le prêtre haussa les épaules.

Ses vêtements étaient d’un blanc immaculé et brodés d’or, signes d’une congrégation spéciale qui ne se révélait jamais au public.

Celui qui s’habillait avec tant d’opulence avait l’apparence d’un jeune garçon qui écoutait les recommandations de ses petites bêtes incapables de comprendre le langage humain.

 

Merci pour votre aide… Saluez votre bras droit de ma part… Dites-lui de lécher les bottes de la Directrice pendant un moment… Donnez-lui autant de travail que possible afin qu’elle reste occupée.. Ils adorent s’entretuer alors ils pourraient prendre part au conflit à la première occasion… Si ça arrivait, tout cela prendrait fin… Les voir être annihilés sans opposer la moindre résistance est un spectacle plus qu’ennuyeux…”

 

Les rats acquiesçaient en entendant ses réponses.

Certains se hâtèrent ensuite de retourner voir leur idole.

Quand bien même le prêtre et sa main droite étaient étroitement liés, ils ne pouvaient échanger la moindre information sans leur aide.

Ceux qui restèrent frémirent et parlèrent à voix basse, comme s’ils se souciaient du garçon.

 

Se méfiant de la présence funeste qu’elles venaient soudainement de sentir, les créatures l’implorèrent de prendre la fuite.

 

« … Oh, merci mes amis, mais ne vous inquiétez pas. C’est une vieille connaissance. Il ne viendra pas m’attaquer sans commencer par échanger quelques mots. »

 

Alors qu’il parlait aux rats, le son des ailes d’un oiseau se posant au sommet du temple se fit entendre.

 

« Ça faisait longtemps. Tu es venu ici pour me parler de ça, n’est-ce pas ? L’Église ou l’Association des Mages, qui a le dessus selon toi ? Ah, ne me dis pas qu’il s’agit de “nous”. Je n’ai pas besoin que tu m’apprennes une chose aussi évidente. »

 

Sans même lever les yeux en direction du plafond, le prêtre s’adressa à l’ami qu’il connaissait depuis un millénaire.

Il n’avait pas besoin de lui demander comment il l’avait trouvé, ni comment il avait atteint ce temple situé au bord du précipice.

Le détenteur des ailes était l’un des Ancestors, tout comme le prêtre.

Peu importe la nature sacrée et inexplorée de ce lieu, cela n’était à ses yeux pas différent d’une simple visite à son voisin.

 

« Les mages, dis-tu ? Il est vrai que cette ville n’est pas très éloignée de la Clock Tower, ce qui leur donnera un avantage pour le réapprovisionnement, mais… oh, Barthomeloi vient ? En voilà une surprise. Je suis sûr que les mages sont actuellement occupés à engager des freelancers. Les Magiciens devraient aussi faire leur apparition une fois que ça aura commencé…… En effet, l’Église manque bel et bien d’effectifs en comparaison avec eux. »

 

Aylesbury Valesti.

Un grand rituel qui avait été préparé au cours des décennies précédentes.

Ce lieu était devenu une sorte de terre sacrée, connue de l’Association des Mages et de l’Église qui l’observaient en se surveillant mutuellement depuis les ombres, espérant avoir l’occasion de monopoliser ses bénéfices.

Cet équilibre s’apprêtait à disparaître.

 

« J’avoue avoir été présomptueux, mais de là à dire que les exécuteurs ne sont pas un problème… Réfléchis à l’emplacement. Ces personnes-là ne se préoccuperont pas des conséquences de leurs actions dans ce pays. Les Dead Apostles, les mages et même les protestants innocents ne recevront aucune pitié. Ne serions-nous pas dans un sacré pétrin si nous arrivions à court de sang ? Après tout, il est dit depuis longtemps que la meilleure tactique lors d’une guerre est d’affamer son ennemi. Je me demande si l’oiseau là-bas sait ce qu’il fait. »

 

Le pouvoir de l’Association des Mages dépassait véritablement celui de l’Église.

Cependant, les exécuteurs étaient en tous points les adversaires les plus coriaces des Dead Apostles.

Il s’agissait d’un raccourci, mais les mages étaient comme les vampires.  S’ils partageaient la même approche du Mystère, alors la supériorité des Dead Apostles, plus purs, était incontestable. Cependant, ceux qui les menaçaient étaient les humains exprimant la volonté de Dieu.

 

Il était donc naturel que les Dead Apostles souhaitent voir les membres de l’Église quitter la scène aussi vite que possible, ce qui ne serait néanmoins pas une chose aisée.

Même s’ils ne s’agissait pas d’une impasse, les trois factions étaient figées dans un équilibre délicat.

 

…… Au milieu de tout cela.

Le prêtre attendait l’arrivée de la Princesse, qui n’était rien de plus que l’ennemie des trois forces.

À ses yeux, elle restait la seule et unique protagoniste.

Peu importe combien ils paraissaient puissants, personne d’autre ne méritait son respect.

Le détenteur des ailes noires pensait la même chose.

Le prêtre était considéré comme un traître parmi les Ancestors. Personne ne le voyait, lui qui avait rejoint l’Église, comme un égal.

Pourtant…

 

« Oh, se pourrait-il que tu défendes l’Aile Blanche ? Mérite-t-il qu’on le félicite cette fois ? Ha, ne sois pas ridicule. Il ne possède pas le talent nécessaire à la réalisation d’une chose si brillante. S’il avait été seul, il aurait au mieux réussi à transformer tous les habitants du village en Morts, offrant ainsi à l’Église l’excuse parfaite pour les éradiquer. Les préparations d’Aylesbury sont le fruit du travail de Van, qui a réussi à s’intégrer à la société humaine sans utiliser ses pouvoirs de Dead Apostle. Vraiment… Lui aussi avait dit que l’Aile Blanche était dépassé et défectueux, alors pourquoi s’entend-il bien avec lui maintenant ? Je ne comprends pas… J’aimerais pouvoir dévorer son antre… Comment ? Ils sont encore en mauvais termes ? Hmm… Alors Van investissait juste son argent. S’adonne-t-il encore à sa vie de débauche sur ce “navire-casino” ? Ce n’est rien… Il paraissait tendu dernièrement, mais il semble finalement avoir retrouvé son ancienne dépravation. »

 

Le prêtre gloussa.

Van Fem. Il appréciait énormément ce Dead Apostle qui était le plus curieux des Twenty-Seven Ancestors.

Il était nouveau, intelligent et perspicace.

Il lui aurait été douloureux d’apprendre qu’un tel Dead Apostle puisse être obsédé par un rituel aussi archaïque. Après tout, il souhaitait rester son ami un peu plus longtemps. Appartenant à ceux qui souhaitaient mettre un terme à Aylesbury, le prêtre fut rassuré en constatant que Fem n’était pas sérieux à ce sujet.

 

« L’hôte ne peut donc être que l’Aile Blanche. Il est si niais… Mais cette fois, je crains que… »

 

… le rituel puisse réussir.

L’Aile Blanche était un Ancestor prétendant être le Roi des Dead Apostles alors qu’il n’en possédait en réalité pas le pouvoir ni l’influence.

Il était stupide, mais il n’était malheureusement pas incompétent.

Le fait qu’une telle personne puisse mal interpréter de bout en bout ce qui faisait la substance des Six Obscurs ainsi que leur vraie valeur causait un mal de crâne au prêtre.

 

« Hé, sais-tu qui a été invité ? Puisqu’il s’agit de l’Aile Blanche, je suis sûr qu’il aura convié tous ses petits fidèles. De souvenir, il s’agissait principalement de Louvre ces derniers temps. Oh, il a déjà été éliminé ? Parfait, l’idée des triplés m’écœurait. Mais le mois dernier…… C’est plus récent que ce à quoi je m’attendais. Je croyais qu’il se serait défendu avec vigueur, mais j’imagine que je devrais réévaluer mes standards. »

 

Malgré cela, l’heure approchait.

Au moins six Ancestors avaient été conviés.

Les Six Obscurs étaient ce à quoi aspiraient les Dead Apostles, et nul Ancestor ne pouvait ignorer l’invitation de l’Aile Blanche, qui les dirigeait.

……… Le prêtre se sentait un petit peu désolé pour le dixième Ancestor.

S’il devait mourir, il aurait été préférable qu’il le fasse lors d’un vrai jeu plutôt que dans une distraction futile née de ce même jeu.

 

« … Mais bon, j’imagine qu’il n’aurait pas été invité en raison de son passé de mage. Ceux qui possèdent le sang original dans leurs veines sont rares. Bien qu’ils affirment être les plus vieux Dead Apostles, seule une poignée d’entre eux l’est réellement. J’imagine dans ce cas que tu as toi aussi reçu une invitation, Gransurg Blackmore ? »

 

Un battement d’ailes silencieux.

Il les agita une seule fois, irrité par l’utilisation de ce nom.

 

« Et toi, as-tu accepté de t‘y rendre ? »

 

Une voix ferme résonna dans le temple.

 

« Je viendrai, mais en tant qu’agent de l’Église. Il s’agit d’un ordre de la Directrice en personne, et c’est aussi plus intéressant pour elle d’un point de vue tactique… Oh, nous voilà enfin ennemis,  Seigneur à l’Aile Noire. J’ai toujours désiré t’affronter sérieusement parce que, tu vois… avoir deux rois des cieux compliquerait les choses, non ? »

 

Un sourire mêlant sympathie et envie meurtrière.

Cependant, il cachait aussi une profonde affection. Ce désir infime de tuer était mêlé à cette amitié qu’il ressentait à l’égard du Seigneur à l’Aile Noire, son semblable.

 

« Je vois. C’est pour cette raison que je ne peux toujours pas m’entendre avec toi. Plus d’une fois… J’ai toujours voulu te déchirer en morceaux. »

 

L’oiseau noir répondit avec une voix étouffée et imprégnée d’une volonté assassine.

 

« Vraiment ? Mais n’est-ce pas là une chose étrange ? Pourquoi ne l’as-tu pas fait depuis le début ? Pourquoi aurais-tu attendu près de mille ans pour cela ? »

 

« Je ne me bats pas pour des raisons personnelles. Mon maître, Crimson Moon, est la seule et unique chose guidant mes actions. »

 

Oh, le prêtre acquiesça d’un air mêlant joie et nostalgie.

C’était là leur seul point commun.

Ils avaient voué leur allégeance à un unique maître. Leurs vies de Dead Apostles n’étaient rien face à cet être. Il s’agissait d’une dévotion sacrée et inviolable qui ne devait être teintée.

Le Seigneur à l’Aile Noire n’aimait pas les conflits.

Il ne rejoindrait un champ de bataille que pour corriger les Dead Apostles ayant oublié les préceptes de leur “Seigneur”, et uniquement lorsqu’il serait en harmonie avec les souhaits de son “Seigneur”.

C’est pourquoi, peu importe combien il le détestait, il n’affronterait pas les Quatre Grandes Bêtes Démoniaques.

 

Cette année, ce mois.

 

En participant au rituel initié par leur “Seigneur”, il pourrait enfin tuer cet Ancestor sans la moindre retenue.

 

« …… Je ne pensais pas que tu t’en souviendrais. Finalement, tu es toi aussi démodé. »

 

Il n’y avait que de l’affection dans sa voix venimeuse.

Pour cette unique raison, le prêtre considérait le Seigneur à l’Aile Noire comme son ami de toujours.

Leurs loyautés pouvaient adopter des formes différentes, mais les deux qui s’étaient consacrés au même maître restaient similaires. Il était impossible qu’il puisse le détester.

 

« L’imposteur viendra aussi à Aylesbury. Notre seul Brunestud est la Princesse dorée. Tu le comprends, n’est-ce pas ? »

 

« …… En effet. Je suis de tout cœur avec toi là-dessus. »

 

« C’est une bonne chose. Hmm, c’est rassurant de savoir que tu seras là si nous venions à nous battre, Gran. Si j’avais été seul, j’aurais uniquement pu tuer l’un de ses gardes en me sacrifiant. Si toi, le tueur de Dead Apostle, est de la partie, alors… »

 

Il pourrait vaincre et détruire cette “Princesse” Éclipse au Sang Noir qui avait volé les magnifiques cheveux de sa chère Princesse.

 

« Je te verrai plus tard. J’ai hâte de te retrouver après une centaine d’années, Seigneur à l’Aile Noire. »

 

Le prêtre était satisfait. L’oiseau noir battit froidement des ailes pour s’envoler.

 

Le garçon ignorait qu’une conclusion avait été scellée ici. Il était tout simplement trop innocent pour le remarquer. 

 

Pour le Seigneur à l’Aile Noire, c’était parce qu’ils servaient le même maître qu’il était convaincu que la loyauté affectueuse du garçon était un péché impardonnable. Le temps viendrait où il réaliserait leur incompatibilité.

 

…… Dans ses derniers instants.

Après que tous les démons supposément immortels eurent disparu.

Avant qu’il ne rencontre son Seigneur, il faillit redevenir l’objet qu’il était auparavant, un simple rêveur……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.