Prelude Ⅰ

Écrit par Kinoko Nasu ; traduction française par Furanken ; relecture par Evance


0.

Le Dead Apostle Louvre.

Un vampire vieux de plus de cinq-cents ans rôdant dans les terres brumeuses de la Norvège.

Un aristocrate éminent s’apprêtant à hériter du dixième siège actuellement vacant des Twenty-Seven Dead Apostle Ancestors.

Il avait extrait le sang de nombreuses victimes, près de cinq-mille vies. En y ajoutant la propagation des dégâts causée par l’infection, ce nombre était cependant beaucoup plus important. La qualité et la quantité de ceux qui composaient son clan, ainsi que le renforcement de ses pouvoirs hérétiques au cours des siècles, faisaient de lui un monstre immortel digne d’être considéré comme suprême parmi les suprêmes.

Le cœur d’une telle secte se trouvait dans cet ancien château illuminé par une lune écarlate.

 

Généralement, les repaires des Dead Apostles ne pouvaient être découverts par les humains. Ces forteresses démoniaques, enveloppées dans les ténèbres, l’aspiration désespérée à la rationalité et la peur innée des tabous, ne se révélaient qu’à ceux qui y étaient invités.

Un sanctuaire dissimulé par une puissante magie, isolé du monde par de multiples barrières.

Une défense invisible, capable de tromper la nature même par sa proximité avec le revers du monde, là où vivaient les fées.

 

Le bastion du Dead Apostle nommé Louvre n’y faisait pas exception. Bien que ce lac ne puisse rivaliser avec les forteresses démoniaques des autres Ancestors, son château était une contrefaçon capable de repousser les innombrables armées cherchant à exterminer les hérésies. C’était là la preuve indéniable qu’il ne se sentirait jamais menacé.

Au vu des cinq siècles qui s’étaient écoulés, le seigneur du château était convaincu de sa prospérité éternelle.

 

… Hilarant.

Cette pensée perdura jusqu’à cette nuit où le bataillon qu’elle commandait vint réduire son histoire à néant.


1.

De nombreuses ombres entouraient le vieux château flottant sur le lac.

Leur nombre exact était de cinquante. C’était la première fois qu’autant d’humains mettaient les pieds dans ce domaine funeste. 

 

Ce fut aussi la dernière fois.

 

« Les trois équipes de l’aile droite ont pénétré la fondation de la barrière avec succès. Le commandant adjoint de l’aile gauche a terminé la reconnaissance de l’intérieur du château. Connectez tous la seconde aiguille de vos circuits magiques. Dix, six, trois, zéro, la situation est parfaite. Bien…… Dites au lieutenant que nous sommes dans les temps. »

 

Les mages entourant le lac étaient tous parfaitement coordonnés. Ils se comportaient plus comme des soldats que comme des thaumaturges. Une armée dépourvue de soi, ayant éliminé toute individualité. En réalité, chacun d’entre eux était un mage en charge d’un unique Département de l’Association.

C’est pourquoi ils étaient connus sous le nom de “Bataillon de Kron”.

Affirmer être un “bataillon” avec seulement cinquante hommes n’était pas une exagération ; ils faisaient au contraire preuve d’une trop grande modestie.

 

« … Nous avons la fondation du sortilège couvrant le lac entier sous contrôle. Trente minutes avant la phase d’inversion de la barrière. Si vous désirez supprimer l’entièreté du territoire, nous pourrons commencer dans environ une heure. »

 

Le lieutenant en charge du bataillon attendait les ordres de la demoiselle à ses côtés.

Souhaitait-elle une victoire parfaite, ou une annihilation totale ? 

Devaient-ils avancer vers le château et éliminer les vampires se tapissant dans ses ténèbres jusqu’au dernier ? Ou devaient-ils réduire cette terre entière à néant, sans mener le moindre combat ? 

Le résultat serait le même, mais la deuxième méthode était plus fiable. Quand bien même ils avaient encerclé l’ancien château avec cette formation brillante, leur ennemi était un vampire vieux de plusieurs siècles. Il existait une chance, bien qu’infime, qu’il parvienne à leur échapper.

Cela pouvait sembler excessif, mais anéantir ce domaine correspondait plus à leur stratégie. Il leur avait fallu plusieurs années pour découvrir ce château. Ils devaient à tout prix éviter que le maître des vampires s’enfuie et aille se terrer dans une nouvelle antre. Pourtant…

 

« Nous ne ferons rien de tout cela. Vous devriez avoir honte, Lieutenant. »

 

La demoiselle condamna ses deux plans d’une seule phrase.

 

Le simple fait de penser à une telle chose était indigne. Ce n’était pas une chasse aux hérésies, mais un pèlerinage pour attester de son prestige. Peu importe combien il était puissant, il était intolérable d’employer des serviteurs contre un vampire qui n’était même pas un Ancestor. Son ennemi n’était qu’un ver pitoyable, elle se devait donc de faire preuve de clémence et l’écraser elle-même sous sa botte.

 

« Commençons. Vous sécuriserez les murs depuis l’extérieur. Ne laissez pas un seul d’entre eux s’échapper. »

 

« Madame Barthomeloi, vous irez seule ? Mais c’est c’est… »

 

Les mages du bataillon vouaient à la demoiselle une confiance absolue. Ils comprenaient qu’elle avait le pouvoir d’éradiquer l’entièreté du clan de Louvre d’un seul soupir.

Mais cette vérité et la méthode d’annihilation choisie étaient deux choses différentes.

Une armée devrait toujours opérer rationnellement. Cette fille aurait seulement besoin de trente minutes, mais si le bataillon entier était impliqué, seule la moitié de ce temps serait nécessaire. Une bataille devrait aussi se gagner dans son élaboration. N’était-ce pas là le dogme tacite des Barthomeloi ? 

 

« Ne vous méprenez pas. Il ne s’agit pas d’une épreuve, et encore moins d’une bataille. »

 

Laissant son bataillon derrière elle, la fille s’avança sur la surface du lac.

 

D’un simple geste de la main, elle détruisit les portes du château qui n’avaient jamais laissé pénétrer le moindre humain au cours de  ces centaines d’années.

 

« Il est de notre devoir de jouer avec eux de temps en temps. La chasse est un sport qui devrait être pratiqué avec élégance et plaisir. »

 

Sans le moindre mouvement de sourcils et avec des yeux emplis d’une haine froide, la demoiselle débuta son invasion.


2.

Il y a une jeune reine à la Clock Tower.

L’actuelle dirigeante de la prestigieuse famille Barthomeloi. Bien qu’elle n’eût pas atteint la Magie, la cristallisation de son talent thaumaturgique se hissait  presque au niveau d’un miracle. S’il était simplement question de circuits magiques, alors les rumeurs disaient que la noble Lorelei surpassait même le Directeur.

Elle avait beau littéralement régner au sommet de la Clock Tower, elle possédait un vice dont elle ne pouvait se débarrasser.

Ce n’était pas son défaut, mais celui des Barthomeloi.

Ils percevaient tous les vampires comme leurs ennemis.

 

Cette haine sans fondement était-elle due à leur dignité en tant qu’êtres humains, ou à leur orgueil en tant qu’aristocrates ? Les chefs de la famille Barthomeloi acceptaient tous comme mission l’éradication des Dead Apostles, et perpétuant cette tradition, la demoiselle passait l’intégralité de son temps à éliminer des vampires.

Cela atteignait un niveau pathologique. Quand bien même ça la menait à négliger ses devoirs en tant que Directrice adjointe, elle chassait ces vampires… les suceurs de sang connus sous le nom de Dead Apostles.

Le fille ignorait elle-même la raison de la haine qu’elle leur vouait.

C’était une obsession qui dépassait celles de ses prédécesseurs, une émotion qu’elle ne pouvait contrôler.


Le hall principal du château. La dix-huitième proie dont elle avait trouvé la trace était le Dead Apostle nommé Louvre.

En comparaison avec les précédents insectes qu’elle avait éliminés, la séquence des événements qui s’apprêtaient à avoir lieu pouvait enfin être appréciée comme un “sport”. Même si elle ne considérait pas cet instant comme un combat, elle pensait qu’au moins, elle ne s’ennuierait pas.

 

« Pitoyable. J’ai patienté jusqu’à la lune de sang, et c’est tout ce que j’ai ? Tu n’es rien de plus qu’une sangsue humaine, après tout. Tu n’aurais jamais dû passer les cinq derniers siècles dans l’oisiveté. »

 

Pour un Dead Apostle, les nuits où la lune est rouge sont des périodes où ils ne connaissent nul égal. Même les exécuteurs de l’Église, spécialisés dans la chasse au vampire, n’osent se battre sous une lune de sang.

Brisant ce tabou, Barthomeloi foulait aux pieds le corps de son adversaire.

La mage suprême de cette ère, une sainte capable de rivaliser avec chacun des Twenty-Seven Dead Apostle Ancestors.

 

« … Hmm ? »

 

Sa cravache marqua une légère hésitation. Elle sentait une puissante aura magique émaner des étages supérieurs du château. Elle partageait la même nature que celle du Dead Apostle face à elle, mais cette aura indiquait la présence d’un vampire plus puissant.

 

« Ai… aidez-moi, Père… ! »

 

Durant cette fraction de seconde, la fille permit au Dead Apostle de s’échapper.

Même mourant, il restait un vampire qui avait vécu plus d’un siècle. Il lui restait au moins la force d’y parvenir.

 

« … Quelle insolence. Comment oses-tu me tourner le dos ? »

 

Tout en exprimant son mécontentement, la fille suivit élégamment le vampire qui fuyait avec fébrilité.

Ses lèvres se tordirent d’une manière un peu plus amusée qu’auparavant.


1 | 2.

« Comment ? Quelqu’un se serait introduit dans le château avant nous ? »

 

Le lieutenant, laissé en charge du bataillon, reçut un rapport invraisemblable.

 

« Est-ce la vérité ? Ce doit être le cas. Comment est-il entré ? Dans les viscères du cheval de Louvre ? Vous pensez qu’il s’est infiltré avec la calèche ? »

 

Il semblait que l’intrus ait pénétré à l’intérieur du château en même temps que les membres de la famille de Louvre qui y avaient été invités. Pour ce faire, il s’était dissimulé dans les entrailles du cheval tirant la voiture.

C’était une ruse courante. Cependant, les chevaux des Dead Apostles n’étaient pas de simples animaux mais des démons. Pour réussir à contrôler une telle bête, cet intrus ne devait pas être un humain normal.

 

« ……… Mais en procédant ainsi, ils auraient su dès son entrée dans le château qu’il y avait un humain. Puisqu’il n’y a eu aucun mouvement avant l’arrivée de Madame Barthomeloi, Louvre n’a pas dû repérer cet intrus. Ce qui signifie… »

 

Cet indésirable devait lui aussi être un Dead Apostle. Il n’était pas un mage, ni un exécuteur de l’Église. Tant qu’il était humain, il ne pouvait tromper l’odorat d’un vampire.

En d’autres mots… cet intrus entré seul dans le château, bien qu’il soit un Dead Apostle, était un ennemi de Louvre. Il existait bel et bien un chevalier “Dead Apostle” remplissant tous ces critères.

 

« Signalez-le tout de suite à Madame Barthomeloi. La personne qui s’est introduite dans le château est un Dead Apostle… et il est plus que probable qu’il s’agisse de l’un des Twenty-Seven Ancestors. »

 

Avec ses talents, il était évident que la fille ait déjà remarqué la présence d’un autre invité. Sa véritable identité resterait néanmoins inconnue jusqu’à ce qu’elle le rencontre. Même si elle en était capable, elle n’aimait pas perdre son temps en enquêtant et en cherchant des informations sur son adversaire.

 

« Qu’y a-t-il ? Ce n’est pourtant pas une surprise. Louvre est un Dead Apostle qui s’apprête à hériter du dixième siège des Ancestors. Il est naturel que l’un d’entre eux lui rende visite. Dépêchez-vous d’aller lui faire votre rapport. Si vous batifolez trop, Madame Barthomeloi risque de s’enflammer. »

 

Cependant, ce n’était apparemment pas la seule chose que le mage venait lui rapporter.

En baissant la tête plus bas que précédemment, il informa son supérieur.

 

« C’est que… il y a encore… une autre chose singulière. »

 

Avec un ton abasourdi et indigne d’un membre de ce bataillon, il lui signala les traces d’une thaumaturgie qu’il n’avait jamais vue auparavant.


3.

Le plus haut étage du château. Dans la chambre où elle avait acculé le Dead Apostle, la fille fit la rencontre d’un démon.

Une ombre noire enveloppée d’une multitude de malédictions de rage.

Un vampire lassé du sang, équipé d’une longue épée ainsi que d’un fusil, et conservant encore l’odeur d’un être humain.

 

« Ah… P… Père… ! »

 

Aux pieds du vampire noir se trouvait un cadavre, le corps à moitié tranché et à moitié fusillé.

Le moment où elle constata que, peu importe leurs différences, cette chose appartenait à la même espèce que le Dead Apostle qu’elle avait traqué ici…

 

« Ô vents… ! »

 

La fille et le vampire se reconnurent immédiatement l’un l’autre comme étant les ennemis les plus puissants du château.

 

La rotation de ses circuits magiques émit un vrombissement.

Les frappes de sa longue épée noire semaient la rancune.

 

Un sort généra une bourrasque qui traversa le vieux château.

Tout en étant déchiquetée par les vents furieux, l’ombre noire les engloutit de sa lame.

Puis, quatre coups de feu résonnèrent.

Le gantelet sacré en mithril repoussa de son éclat argenté les projectiles magiques.

 

Leurs attaques et leurs parades étaient instantanées.

Chacun des coups échangés pouvaient aisément détruire les murs du château.

La chambre fut en partie détruite  par un unique tir du sortilège lancé par la demoiselle, créant ainsi une terrasse.

 

« …… Une mage, je vois. »

 

Clic. Le sombre vampire vida le chargeur de son fusil d’un simple craquement de poignet, tandis que son épée démoniaque passa à sa phase suivante. Bien qu’il fusse immergé dans une malédiction qui pourrait même faire hausser les sourcils de la demoiselle, les yeux perçants du suceur de sang étaient ceux d’un humain conservant sa rationalité.

Non, sa haine même était sa raison.

Son apparence ne pourrait exister, et il ne pourrait rester conscient, sans sa profonde rancune, le rendant ainsi digne de porter le nom de “Démon vengeur”.

 

« … Enhance. Le vampire chassant les Dead Apostles. »

 

La rumeur n’avait commencé à circuler que récemment.

Il existait un Dead Apostle tuant les Dead Apostles.

Il n’était pas surprenant de voir ces derniers s’affronter. Ils prenaient plaisir à étendre leurs sphères de contrôle et à prendre part à des luttes de pouvoir. Un Dead Apostle en tuant un autre n’était pas une chose injuste à leurs yeux. Après tout, ces mises à mort ludiques n’avaient aucune influence sur le nombre de vampires.

 

Cependant, l’homme qui lui faisait face était différent.

Cette chose détruisait les vampires mêmes. Elle exterminait leurs maîtres, annihilait leurs clans et réduisait leurs territoires en cendres.

La raison de son existence était similaire à celle de la demoiselle et des exécuteurs de l’Église. Aux yeux des Dead Apostles, ceux qui menaient une lutte visant à “détruire les vampires” étaient des traîtres impardonnables.

C’était là l’identité de cette ombre noire, le Dead Apostle Enhance.

L’un des Twenty-Seven Ancestors, le Chevalier Vengeur qui avait tué son maître.

 

« …… Je pensais être la première à être arrivée ici, mais je n’étais en fait que la seconde. »

 

Cependant, même ce démon ne suffisait pas à effrayer la demoiselle. Elle connaissait les pouvoirs d’Enhance. ll était puissant à sa manière, mais demeurait incapable de la vaincre. Le vampire était tout au plus deux fois plus robuste que Louvre. Il ne possédait aucune capacité surnaturelle comme le reste des Twenty-Seven Ancestors. Face à une telle médiocrité, elle ne pouvait s’empêcher d’être irritée.

Néanmoins, la seule chose qui l’agaçait réellement était le fait qu’elle n’était pas arrivée en première.

 

« Bien, je te pardonnerai pour cela. Nous sommes presque parvenus ici au même moment. Estime-toi heureux de ne pas être tombé sur moi avant, vampire. »

 

« ……… »

 

L’ombre noire ne répondit pas, cherchant à la place le Dead Apostle qu’elle avait traqué jusqu’ici.

Avait-il été prisonnier de leur lutte et péri, ou avait-il réussi à s’échapper ? 

Amèrement, la réponse était la dernière.

 

« Il est au moins talentueux pour la fuite… Même s’il a reçu l’aide d’un chien errant avant que nous n’ayons fini. »

 

La demoiselle avait changé de cible depuis longtemps.

Elle l’avait elle-même autorisé à entrer dans le château, mais elle n’allait pas lui permettre d’interférer avec sa chasse. Une flamme s’embrasa dans ses yeux mystiques, qu’elle posa ensuite sur le vampire lui faisant face quand…

 

« … Ce sont ses enfants. »

 

Elle comprit instantanément le sens des mots du vampire noir.

Les deux s’élancèrent comme l’éclair.

La demoiselle emprunta le couloir menant à la tour, là où s’était enfui le Dead Apostle.

L’ombre noire, fidèle à sa nature de vampire, glissait le long des murs extérieurs en direction de la flèche positionnée au sommet du château.

Elle prit sa décision avec précision et rapidité. Elle possédait l’orgueil et l’arrogance des puissants, mais aussi le sang froid lui permettant d’ignorer ces émotions.

La signification des mots “ce sont ses enfants”.

Le Dead Apostle Louvre avait déjà choisi ses successeurs.

 

Le Louvre que la demoiselle avait traqué était sa fille, et le Louvre que le vampire avait chassé son fils.

Leur insignifiance n’était pas surprenante. Ils n’étaient que des nouveau-nés ayant reçu une portion de son pouvoir. Leur père était leur véritable cible, et pourtant… Si le parent et ses enfants se battaient ensemble, ils auraient été, ne serait-ce que légèrement, plus proches de la puissance actuelle de la demoiselle.

La force des vampires partageant le même sang n’était non pas additionnée, mais bien multipliée s’ils alliaient leurs forces. Présentement, sa priorité était l’élimination du Dead Apostle Louvre, et non celle du Chevalier Vengeur.

Mais elle n’arriverait pas à temps.

Elle pénétra dans la tour où se cachait son ennemi, acceptant que la chasse était devenue un combat.

Évidemment, à l’intérieur…

 

« …… quoi ? »

 

Blottis ensemble, comme s’ils dormaient.

Les corps sans vie de trois Dead Apostles, misérables, morts taillés en pièces sans la moindre trace de sang.


zero.

« … La Mort se présentera à toi ce soir. »

 

La prophétie fut énoncée à Louvre père, trois heures avant l’apparition de Barthomeloi.

La raison pour laquelle les Twenty-Seven Ancestors continuaient d’exister, après des siècles passés à s’entretuer et à disparaître, était que l’une d’eux jouait le rôle de prophétesse. Il était dit que cette dernière prévenait toujours les Dead Apostles de leur mort prochaine afin qu’ils s’assurent de trouver un successeur le plus vite possible.

Face à cette annonce, Louvre rit.

 

« Je vois, les mages de Barthomeloi qui rôdent près du lac depuis un bon moment ne sont certainement pas à prendre à la légère. Si la chance n’est pas de notre côté, nous serons ceux qui périront. Cependant, il ne s’agit pas d’une mort inéluctable. Il semblerait que cette fameuse Prédiction de la Rose ne soit pas infaillible. »

 

Pendant que ses enfants bien-aimés se préparaient à accueillir les mages, Louvre descella ce qu’il avait dissimulé dans la tour du château.

Après tout, il était lui aussi convaincu qu’il n’était pas digne d’être l’un des Twenty-Seven Ancestors.

 

Il lui faudrait encore deux siècles pour pouvoir être qualifié d’Ancestor. Pour compenser ces années manquantes, il avait dérobé les Mystic Codes et les armes conceptuelles de nombreux mages.

En conséquence, s’il utilisait ces artefacts dont même le collecteur Merem Solomon, l’Invocateur de Daemons, serait jaloux, tuer une petite fille serait une chose aisée.

 

« … Hmm. Je pensais que nous étions encerclés, mais voilà que tu viens seule dans mon château. Ton orgueil t’a sauvé la vie, Barthomeloi. Si tu avais brisé la barrière, tu aurais plongé dans les profondeurs de la Terre. »

 

Le vampire jouait avec sa barbe, un rictus aux lèvres.

Tandis qu’il regardait avec amusement la fille entrer dans le château, Louvre fut soudainement distrait par la caresse du vent sur ses joues.

Une brise, dans cette pièce secrète parfaitement scellée ? 

L’instant d’après, il sauta en arrière avec une vitesse dépassant l’entendement, comme s’il réagissait avant même la fin de sa réflexion. Même s’il était encore jeune, ses capacités se montraient à la hauteur de son titre d’aristocrate.

 

Puis,

Après que ses pieds aient repris contact avec le sol, la partie de son corps au-dessus de sa taille glissa.

 

« Eh…… »

 

Tombe. Tombe. Tombe.

Il crut mourir sous le coup de la surprise.

Cependant, ce qui le choqua encore plus que son propre étonnement fut de retrouver cette sensation qu’il n’avait ressenti que lorsqu’il était encore humain. 

La sensation que cette plaie ne se refermerait pas.

Elle lui avait manqué.

Ce sentiment horrible et merveilleux à la fois, similaire à celui qu’il avait ressenti le jour où il avait cessé d’être un humain. La partie sectionnée de son corps était tout simplement morte.

Il leva les yeux, abasourdi. Au plafond, supposé pourtant être indestructible et intact, se trouvait un trou.

 

Une lune semblable à un œil écarlate.

Cette pièce abritait un couteau qui ne pouvait être plus ordinaire, des bandages couvrant son visage, et la silhouette silencieuse du Dieu de la Mort, qu’il reconnut clairement même s’il agissait de leur première rencontre.


4 ➔ 5

Une salle silencieuse au sommet de la tour.

Lorsque la demoiselle entra, tout était déjà terminé.

Les cadavres de Louvre et ses enfants.

Une ombre noire qui restait silencieuse.

Inconsciemment, elle grinça des dents face à cette humiliation, une chose indigne d’une Barthomeloi.

 

« …… Son objectif devait être la masse que Louvre possédait. »

 

Le vampire murmurait.

Ignorant ses manières, la fille mordit son index droit. Elle désirait plus que tout mettre un terme à cet ennuyeux bourdonnement qui résonnait dans ses oreilles et…

 

« Va. Pour cette fois, je te laisse la vie sauve, vampire. »

 

Elle n’avait pas besoin de le lui dire.

L’ombre noire sauta par le trou creusé au plafond, fit apparaître des ailes qui ne ressemblaient ni à celles d’un oiseau, ni à celles d’un insecte, et disparut.

… Elle resta seule sur la scène du massacre.

Le sang s’infiltrait lentement dans ses gants en cuir.

La demoiselle crut s’évanouir face à une telle humiliation. En effet, elle avait prétendu être la première arrivée, mais elle n’était en réalité même pas la seconde. Ce n’était pas une chasse, ni un affrontement, mais une véritable farce.

 

« …… Je te trouverai, assurément. À ce moment-là, je t’exprimerai mes sincères félicitations, à toi qui a gagné sans même t’être montré, et… »

 

Je saurai te faire payer pour ce sang et cette peine.

La demoiselle… Lorelei Barthomeloi chanta pour cette personne qu’elle n’avait pas encore rencontrée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.